Authentifiez vos bouteilles
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • 2006
  • 2005
  • 2004
  • 2003
  • 2002
  • 2001
  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Plein de fougue, racé, sombre, noir, couleur puissante, ce millésime est encore dans la force de son âge, normal, vu son millésime. Crémeux au nez, le raisin est mûr, puissant, associant la gelée de fruits noirs, aux fragrances épicées, et toastées de l'élevage. Attaque en bouche puissante, la matière s'articule autour d'une structure serrée, ferme, mais la rondeur s'immisce ensuite dans cette valse associant tanins et générosité. Ces tanins sont fins, délicats, beaucoup de relief en milieu de palais, finale de bouche fraîche et charnue à la fois. C'est un vin avec de la complexité, de la conversation et du tempérament. Il rivalise sans aucun souci avec les vins en appellation Saint-Emilion, voilà encore un exemple du potentiel de cette AOP Côtes de Castillon. Beau vin, de garde, encore un peu de repos, 3 à 5 ans, et vous débouchez vos flacons.


  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Beaucoup de jeunesse et de densité en couleur, avec ce 2017, teinte pourpre, violine, de belle maturité. Brillant. Le nez est encore discret, le cassis frais, la note empyreumatique, comme le fumé, la gamme d'arômes soulignée par le boisé présent et fin, symbolise la prime jeunesse dans cette identification des arômes.

    Ce vin a une attaque en bouche alliant souplesse et force à la fois. C'est concentré et fin. C'est le tactile qui reste délicat, beaucoup de souplesse, ensuite les arômes de maturité et d'élevage répondent présents : réglisse, vanille, bois fumé, confiture de mûres, c'est un vin qui est très digeste, bien caractéristique de son style et de ce que l'appellation peut donner comme plaisir. Sensation de matière de demi corps, structuré et frais à la fois. Vin déjà prêt à être découvert en plaisir gastronomique. Le carafage sera nécessaire, et l'idée des poissons gras avec une sauce vin rouge en accord. La volaille fumée, rôtie et servi avec un jus réduit aux baies de cassis.

     

     

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Côtes de Castillon, un terroir incroyable, trop souvent dans l'ombre de st Emilion. Ce Clos Lunelles possède une belle teinte sombre, tirant vers le pourpre, le violacé, couleur dense et profonde. Les arômes sont épanouis et mûrs, toute la palette aromatique s'exprime avec des tonalités de baies noires et d'épices fines comme la réglisse, le cacao, la feuille de tabac séchée. C'est vivifiant !

    Le cassis frais, juteux, acidulé et gourmand, façon cassis au sucre, même myrtilles au jus, complètent cette palette aromatique. Fin en toucher de bouche, soyeux même. Les tanins sont fins, formant un canevas délicat au niveau de la structure. Finale avec une belle allonge, élégante, sapide. C'est une très belle maîtrise de ce terroir calcaire, entre l'équilibre, la maturité et la vivacité, voilà un vrai vin coup de coeur, un vin au plaisir immédiat, associant la gourmandise et la complexité des grands Côtes de Castillon. 4 à 6 ans en cave, pour encore un plus grand épanouissement. Allez chercher une note sanguine avec les viandes que vous sélectionnerez, comme le pigeon rose aux petits pois frais, aiguillettes de canard, jus fumé et risotto aux abats de canard.



  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    C'est un millésime qui fera parler de lui, ce 2015. La robe de ce vin est d'une couleur, dense, sombre, de très belle intensité, c'est un brillant pourpre aux reflets violacés.
    La diversité aromatique est présente, complexe, et nous met en avant une association de fruits noirs compotés, mûrs, juteux; cette puissance du fruit et noble végétal que représente le cassis, et la mûre.
    Beaucoup d'épices, ce bâton de réglisse, ce fumé délicat, fin et séduisant, complètent une expression aromatique de beau millésime ensoleillé.
    Ce vin a une présence en bouche avec encore de la race, de la fermeté.
    C'est puissant, riche, aux tanins bien en place, formant une structure massive.
    Beaucoup de matière et une générosité certaine. L'équilibre en milieu de bouche est bien réalisé, porté par des tanins dynamiques, bien enveloppés. La finale est un peu austère en ce moment, mais contre balancée par la minéralité associée aux arômes de maturité en finale
    Un très beau millésime, avec une garde d'entre 5 et 10 ans.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Concentration, profondeur, de couleur pourpre, ce millésime se présente fringuant avec beaucoup de jeunesse. La complexité aromatique se dévoile au fur et à mesure de la prise d'air, c'est un fruit noir frais, avec une légère sous maturité, apportant fraicheur qui s'associe aux épices fines, telle que la réglisse, les arômes deviennent plus complexes, du chocolaté, une note fumée, complètent la palette aromatique.
    Ce Clos les Lunelles possède une attaque en bouche fraîche, vive, ainsi qu'une évolution qui est représentée par une charpente bien en place. Les tanins sont encore anguleux, mais c'est une belle présence tannique, un vin de puissance. La matière n'a pas la même trame que les autres vins de Lunelles, celle-ci est un peu plus racée, incisive.
    La finale est fraîche, généreuse, avec cette note éthérée, légèrement chaude, il faudra des mets qui apportent une présence de gras, pour assouplir l'ensemble. Un millésime de transition, pour patienter avec 2015 et 2016.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    C'est une couleur de bonne maturité, une couleur d'encre, qui symbolise une belle robe, sombre, aux reflets violines, une teinte sanguine.
    La gamme aromatique se développe rapidement dans le verre, petites baies noires, baies fraîches, acidulées. L'aération continue et permet à la gamme aromatique de s'orienter vers la note fumée, réglissée, avec une certaine fraîcheur liée au millésime, plus frais, plus fin, vin de demi corps. Attaque en bouche fraîche, vive, niveau d'acidité marqué, sur laquelle une matière fine serrée s'enroule. Un grain de tanins fin, un léger manque de souplesse à ce stade de la dégustation, finale de bonne qualité, vin à déguster dès à présent.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    La couleur nous montre la concentration, elle est d'un noir, encre, pourpre. Nez de fruit frais, belle maturité, baies noires, épices puissantes. Le vin en bouche est rond, suave, les tanins sont accrocheurs, et encore anguleux mais s'intègrent dans la matière. Tanins des cotes de Castillon qui marquent le milieu de bouche. On sent le millésime un peu plus serré que les autres, il faudra regouter ce vin après l'élevage, qui va affiner la matière. Pas de végétal et belle longueur.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    Couleur pourpre, dense, et intense, difficile de voir au travers, nez explosif de fruit noir, de jus de cassis, de cerise, note empyreumatique, bois neuf, luxueux, lacté. La texture en bouche est puissante, imposante, les tanins sont encore très serrés, presque asséchants, ils se polisseront avec la fin de l'élevage. On déguste ce vin sur la fermeté, note de générosité en finale, qui arrondi la fin de bouche. Il faut attendre la fin de son élevage, cela promet un vin plein, mais peut être un peu sévère.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    Un violet, dense et intense présente ce millésime jeune et encore fougueux. La gamme aromatique est nette et de bonne intensité, les fruits noirs, le boisé est délicat, présent mais s'atténuera avec le temps. Le vin en bouche est ferme, les tanins sont encore un peu anguleux, la matière est là mais les tanins forment la structure, l'évolution  apportera du caractère, la finale est généreuse, et porte sur le fruit noir confituré et pulpeux. A attendre quelques temps, de 2 à 5 ans avant de découvrir la race de ce clos Lunelles.





  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    Quelle belle robe violacée, dense, pourpre, montrant le niveau de maturité de ce millésime. Une vraie présence aromatique, avec un olfactif net et l'explosion de fruit noir, cassis, mûre, cerise noire, un très beau fruit éclatant.

    La texture en bouche est ronde, tendre, et puissante à la fois, les tanins sont enveloppés par la douceur de la matière, richesse et densité, très beau toucher de bouche, la finale est salivante, serrée mais encore jeune. Un très beau vin, pas trop de concentration excessive, touche de générosité en finale, belle longueur, fort joli millésime que ce 2009. Potentiel de 8 à 10 ans, mais ce millésime sera bon tout le temps.





  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    C'est une belle robe dense, profonde, de couleur pourpre. Ce vin développe une gamme d'arômes fins et complexes, beau nez de cassis frais, juteux, le boisé est présent mais pas marqué, belle maitrise de la maturité. L'attaque en bouche est franche, ferme, densité en milieu de bouche, avec de beaux tanins serrés et puissants, mais la matière est bien gérée. C'est un surprenant millésime ce 2008, assez long en bouche on garde la notion de fruit frais, c'est gourmand.
    Des viandes rouges grillées, boeuf, canard, pigeon, et des poissons de roche avec une sauce matelote au vin rouge. Potentiel de garde entre 5 et 8 ans.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    La couleur est d'un pourpre intense. Les épices sont intenses, note boisée, tabac frais, c'est une palette aromatique assez complexe, avec une maturité qui paraît bien maitrisée. L'attaque en bouche est souple, tendre, les tanins sont présents mais pas trop durs, le milieu de bouche présente une acidité marquée, elle donne du relief, mais il faudra consommer ce vin dans les 4 à 6 ans à venir, sa finale est salivante, on sent la complexité du millésime.





  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Voilà un vin qui reste discret mais qui affirme sa personnalité lorsque l'on le déguste attentivement. La robe est sombre, pourpre, même noire. Le fruit noir confituré, en marmelade, cuit au sucre domine un nez concentré et dense. Là-dessus l'élevage boisé souligne un vin de grande maturité. La matière en bouche est encore très présente, normal pour un jeune adolescent. Il lui faudra du temps pour se présenter sous un visage tendre. La finale est construite sur les tanins jeunes, et l'acidité marquée. On notera la matière et la qualité de la texture en milieu de bouche. En finale, ce sont les épices et le poivre blanc, la muscade et le boisé qui forment ces arômes de jeunesse. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La robe nous indique tout de suite l'état de maturité de ce millésime qui fera partie des plus grands. C'est sous un violet sombre que se présente ce vin. Le nez est complexe et élégant. Les fruits noirs confiturés ainsi que la touche crême de cassis est bien présente, signe d'une vendange à maturité. En bouche le vin s'avère franc, ferme, car les tanins sont encore jeunes et fougueux. La texture en bouche est agréable et dense. On ressent de la chair et une finale sur le fruit noir cuit. Le côté épicé et poivré revient en arômes de bouche. A associer aux viandes rouges sanguines, pigeon, boeuf, gibier à plumes.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002


    Le rubis est encore intense et la note d'évolution sur le pourtour du disque est présente avec un brun foncé. Le nez est évolué, les arômes tertiaires dominent, le fumé, l'humus, une note lardée, une note animale, c'est assez complexe, évoluant également sur le cuir et le tabac blond. Le vin en bouche est serré, les tanins sont un peu fermes, le milieu de bouche affirme une certaine dureté dans les tanins et l'acidité raffermît tout cela. Sécheresse en finale, persistance moyenne. Un vin qui est à consommer et qui demande des plats riches en sauce, pour arrondir la trame tannique et les amers qui sont présents, millésime délicat.


  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La chaleur du millésime nous met en avant ce vin d'une couleur violacé très intense. Au nez c'est l'élevage qui domine encore, nous offrant des arômes de moka et de torréfaction, mais le fruit noir en confiture et ensoleillé est présent et agréable. C'est un nez de confiture de mures. Le vin en bouche est massif, la texture serrée et riche. On ressent la richesse de ce millésime. On notera la qualité du velouté en milieu de bouche de ce vin et sa persistance très longue. Ses tanins sont enrobés et de belle maturité. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Le style de ce millésime va nous permettre d'en profiter assez tôt. Car la robe est d'un beau rubis. Au nez, le toasté et le grillé sont présents, tout cela du à un élevage sous bois. On peut ajouter le caractère chocolaté de ces arômes intenses. Le vin est ferme en bouche, les tanins sont un peu plus présents que 2003, et cela nous montre un style plus classique. Ce milieu de bouche est structuré et la matière est présente mais sans excès de générosité ni d'assèchement.

    La finale est agréable et épicée. L'association avec une cote de veau rôtie, un filet de boeuf, ou encore un plateau de fromages composé d'un brie affiné, d'un Saint Nectaire, et d'un Pont l'Evêque sera une idée judicieuse.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La qualité générale de ce millésime venant après 2000, n'est plus à démentir. Ce vin est d'une couleur foncée, grenat. Le fruit est présent et concentré, la crème de cassis, la confiture de mures et le boisé délicat et fin d'un élevage de qualité forment la palette aromatique de ce clos les Lunelles. Il faut préciser également la note chaleureuse, qu'il faudra atténuer avec une température de service adaptée (16 à 18 ° et pas plus). La matière du vin en bouche est agréable avec une certaine fermeté de tanins qui sont encore jeunes. Mais ces tanins sont gages de vieillissement, et la matière s'articule autour d'eux. La finale est salivante et légèrement amère mais c'est une saveur qui pourra se gommer avec des plats en sauce qui arrondiront les tanins également.Le servir avec un civet, un boeuf mitonné mais aussi avec des petits gibiers d'hiver avec une sauce aigre-douce pour atténuer la note amère de la fin de bouche.

Fermer
Retour

Mot de passe oublié

Votre demande a été envoyée
Identifiants incorrects
Connexion