Authentifiez vos bouteilles
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • 2006
  • 2004
  • 2003
  • 2002
  • 2001
  • 2000
  • 1999
  • 1998
  • 1997
  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Violacé et pourpre, quelle concentration de la couleur ! Nez intense de fruits noirs frais mûrs, cassis écrasé, très belle définition de fruit, avec cette légèreté des millésimes frais et digestes. La bouche est ample, serrée, les tanins sont encore jeunes et accrocheurs, mais ils forment une charpente massive. Un vin en cours d'élevage qui demande à s'affiner pour assouplir ses tanins. Belle finale sur le grillé, et la gelée de cerise noire, bonne persistance

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Ce Pavie Decesse en cours d'élevage est d'un concentré, dans la couleur comme dans les arômes. Le cassis noir, très intense en fraicheur, c'est un très beau fruit éclatant. La dégustation continue avec un milieu de bouche ferme, ample,  associé à une texture fine et serrée. un très beau volume, la structure est encore puissante, mais la matière est là, de la personnalité, c'est  un vin qui demandera du temps, comme souvent avec Pavie Decesse et ce terroir bien exposé et sur le beau plateau de St Emilion. C'est un vin de maturité extrême et bien maitrisé, et de vinification poussée pour obtenir un beau potentiel de garde. Il faudra être patient, car c'est un fort joli cru en devenir.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La robe de ce vin jeune, est d'un sanguin, tirant vers le violet, c'est une très belle robe. Attrayante. Les arômes sont très portés sur le nez fruit, intensité d'arômes mûrs comme les baies noires sucrées, juteuses. Ce vin est plein de tonus, encore sur l'élevage, avec cette touche fumée et bois frais avec beaucoup de distinction. L'impression au palais est généreuse, beaucoup d'amplitude, l'évolution se porte sur une trame tannique, des tanins jeunes, fermes, et une texture qui enveloppe la structure. Un jeune vin en devenir, qui reste très racé et dont les tanins au grain ferme doivent encore se patiner avec le temps. Longue persistance, sapidité et du relief en fin de bouche, un grand qui ne passera pas inaperçu dans quelques années.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Cette qualité de millésime est vraiment la bienvenue sur ce terroir de Pavie Decesse. Couleur noire d'encre très dense. Les fruits noirs en confiture, comme la gelée de cassis, nous mettent en avant la concentration et la maturité, une note fumée d'un élevage soigné complète la palette aromatique. La première impression en bouche est la suavité, ensuite l'amplitude de la matière prend le relais. Le milieu de bouche est serré, les tanins sont présents et enveloppés par la matière. La finale est assez ferme, ces tanins sont encore jeunes, c'est un vin de grande concentration, qui demandera du temps, de beaux amers. Ce Pavie Decesse est très puissant, de grande maturité et signe d'un grand millésime. Encore sur la réserve, mais dans 5 ans il dévoilera une classe sans pareille.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Vin sombre, de couleur violette, avec des reflets pourpres et beaucoup de concentration.  La gamme aromatique est très ouverte, baies de cassis juteuses et sucrées, les mûres compotées, épicé, réglissé, racé, c'est une diversité intense. La sensation en bouche, c'est l'amplitude, texture serrée, matière bien en place, un grain de tanins fin et puissant, milieu de bouche un peu ferme. Tanins qui demandent du temps, bel équilibre avec l'acidité, finale un peu asséchante, et bonne persistance aromatique,De la maturité mais peut être un peu extrait et une certaine fermeté. A attendre encore 3 à 5 ans, sinon, l'aération est nécessaire pour en profiter avec des plats mitonnés et des plats généreux pour arrondir la structure tannique.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Ce Pavie Decesse se pare d'une Couleur encore pourpre, dense, signe d'une maturité et d'une extraction riche. Les arômes sont relativement discrets, la gamme aromatique est réservée, mais après l'aération, les petites baies noires concentrées, les fruits eau de vie, ainsi que les épices sont présents. Ce vin en bouche a beaucoup de franchise, des tanins serrés et un peu austères, cela suit par un milieu de bouche assez fin.  La chair ne domine pas toute la structure, ce qui laisse une fin de dégustation accrocheuse. un millésime un peu sévère, qui demande de l'aération. Servir avec des mets confits, magrets de canard confit et fumé, poule faisane farcie et rôtie. Un vin qui commence à se déguster. Potentiel de 5 à 8 ans.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Ce vin a une robe très jeune, pourpre, aux reflets violines. Le nez est net et de très bonne intensité. Le fruit frais, la baie noire comme la mûre, le cassis, domine un nez très porté sur la distinction. C'est une gamme aromatique complexe et élégante. En bouche ce vin est puissant, les tanins s'imposent tout de suite au palais et forme la voûte d'une structure encore jeune. La matière est bien là, présente, massive et équilibrée à la fois. On ressent la notion de fraicheur qui sera toujours présente. Les millésimes anciens de Pavie Decesse le prouvent. On termine sur une note généreuse, d'une belle maturité qui se gommera tranquillement avec une garde en cave. Le vin reste longtemps en bouche, il sera nécessaire d'aérer ce cru pour qu'il donne pleinement sa dimension.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Malgré l'âge de ce vin la robe est encore jeune, d'un rubis intense aux reflets légèrement bruns, et d'une belle profondeur. C'est un nez très ouvert, et en évolution alliant les arômes de bois précieux, de cèdre, de sous-bois, avec une touche fruit eau de vie. Vin  qui a beaucoup d'amplitude, avec une texture serrée et des tanins fins et encore très présents. Texture fine et légère en milieu de bouche, ce n'est pas un vin de grande densité en milieu de bouche, la finale est épicée, très orienté sur les arômes de tabac blond, générosité en finale Un millésime de gastronomie en ce moment, prêt à boire. Des gibiers à plumes seront les bienvenus en accompagnement, des plats mitonnés et à la sauce riche et suave.

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La robe de ce vin est colorée, d'un grenat foncé et intense. C'est un nez puissant et évoquant les arômes de vins doux naturels du sud de la France. C'est un savant mélange d'arômes de gelée de cerise, de griotte confite, avec une note chocolatée nous évoquant l'intensité de la chaleur cette année là. L'attaque du vin en bouche est franche et puissante. Cela évolue sur des tanins bien présents mais enrobés d'une texture de vin opulente. Un a même la sensation de sucrosité en milieu de bouche. La finale de ce vin est riche et termine sur des tanins fermes et construits pour tenir dans le temps. La persistance de ce vin est très bonne, de plusieurs minutes, ce qui nous confirme l'exceptionnel terroir de ce château. Ce vin s'est bien dégusté ce jour là, mais il est encore trop tôt pour déboucher cette bouteille, il faudra attendre 3 à 4 ans, mais sinon le potentiel de vieillissement est d'environ 10 à 15 ans. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    C'est sur ce style de millésime que l'on peut profiter de Pavie Decesse plus tôt. Car la couleur est encore sombre et sur le violet. Le nez domine nettement les débats, et c'est toute la palette empyreumatique (grillé ; fumé et arômes de torréfaction) qui impose l'identité de ce millésime en ce moment. Le vin en bouche nous rappelle a lui, avec un volume imposant et beaucoup de matière en milieu de bouche. La qualité des tanins est là, la trame est serrée mais ce sont des tanins encore jeunes qui demandent à s'affiner. la finale nous présente les épices et le fruit qui était absent mais qui fait parler de lui après quelques minutes d'aération. D'où le passage en carafe obligé pour ce vin. L'air lui fera le plus grand bien car il y aura un affinement des tanins. La fin de bouche est longue et épicée.L'association avec des viandes rouges sera parfaite, un salmis de palombe, de la lamproie à la bordelaise (spécialité du vignoble). Ne pas hésiter à recourir aux sauces brunes et riches pour arrondir ces tanins. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    C'est toujours un plaisir de déguster ce millésime qui vient après 2000, mais qui n'est vraiment pas loin de ce dernier. La couleur est encore jeune, c'est la couleur de la cerise burlat qui est là et qui nous ravie l'oeil. Le fruit domine et se trouve mêlé au boisé de l'élevage. L'aération lui fait le plus grand bien et nous met en avant le fruit noir, le cassis, la myrtille. C'est un nez complexe et agréable. La sensation en bouche est puissante, les tanins imposent tout de suite leur caractère. Ce sont des tanins encore anguleux et qui contractent le palais en fin de bouche. Cette structure demande à vieillir et à s ‘affiner avec le temps. Les arômes de bouche nous dévoilent une maturité poussée qui donne beaucoup de matière. C'est un vin qui a du punch. Il est encore un peu tôt pour en profiter à table, il faudra attendre encore 3 à 5 ans, mais ensuite ce millésime passera entre 10 et 15 ans minimum dans votre cave, afin de ressortir avec beaucoup de choses à nous dire tellement ce vin est riche. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    Ce millésime restera dans les mémoires pour la transition et pour la qualité des vins. Ce 2000 a une couleur encore sombre, sur le rubis profond et brillant. Le nez est très plaisant dès l'ouverture, il lui faut un tout petit peu d'air pour s'exprimer facilement. C'est la grande classe, les arômes se développent, le pruneau, les épices fines, la cannelle, le pain grillé et le cassis macéré à l'alcool. Quelle palette aromatique ! ensuite c'est le ravissement, la bouche est ample, suave, les tanins sont fins serrés et supportent une matière mure de grande millésime. Cette matière est concentrée à souhait, avec beaucoup de fraîcheur et de persistance en bouche. Les grand vins sont ceux qui durent longtemps en fin de bouche et c'est le cas. Il faudra par contre servir ce vin à très bonne température à savoir 16 à 18°pour éviter de faire ressortir les notes chaleureuses de ce Pavie Decesse de très belle maturité. L'association avec le ris de veau braisé, le rumsteack de boeuf, le rognon de veau aux épices, et le gibier verra le dégustateur ravie d'ouvrir ce cru de très haute lignée. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La couleur est d'un beau rubis en évolution, aux reflets violets. Le fruit est là mais commence à s'estomper pour laisser place aux arômes d'évolution, à savoir les épices, la note chocolatée, et le boisé est fin délicat. C'est déjà une palette aromatique complexe et variée qui procure beaucoup de plaisir olfactif. l'attaque en bouche est franche et évolue sur des tanins fins qui s'assouplissent et qui supportent une matière fine et ronde. Le milieu de bouche est plaisant et se présente bien. En fin de bouche le vin est frais, ces tanins sont salivants et peu agressifs. Ce vin a une buvabilité très bonne ce qui nous permet de le servir dès à présent et de ne point attendre trop longtemps.Vous pouvez le servir avec un foie de veau et ris de veau poêlés ; une volaille grillée aux cèpes ; ou alors de fromages de lait de vache comme le camembert, le brie ou alors un beau saint Nectaire. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La robe de ce millésime est d'un très beau rubis sombre et brillant. C'est déjà plaisant à la vue. Les arômes ont encor sur la réserve, mais dès que vous aérez le vin il nous parle beaucoup plus. Beaucoup de fruit, le cassis, la cerise, la mure juteuse et fraîche, mais aussi la note café torréfié. C'est une belle concentration, bien maîtrisée et délicate. Le vin en bouche est franc, ses tanins sont bien présents, ils forment une structure imposante mais le toucher de bouche de ce vin est fort agréable. Le milieu de bouche est velouté et savoureux à la fois. Cela permet d'avoir une fin de bouche sapide, salivante qui dure très longtemps, sans lassitude. C'est un grand terroir qui se dessine maintenant au travers de ce vin. La dégustation est fort plaisante en ce moment mais n'hésitez pas à lui donner un peu d'air pour qu'il puisse s'exprimer. Un caneton poêlé aux olives noires, un filet d'agneau rôti frotté au romarin, ou un morceau de boeuf saignant servi avec des morilles de saison, tout cela pour mettre en valeur un cru de haute lignée. 

  • David Biraud

    Meilleur ouvrier de France 2004
    Meilleur sommelier de France 2002

    La robe de ce 1997 est certainement la plus avancée de tous les millésimes de Pavie Decesse, elle tire sur le rubis intense et aux reflets bruns. la palette aromatique est bien ouverte, sur le fruit cuit, la crème de cassis, le boisé façon cèdre, la note toastée et cacaotée d'un élevage encore présent mais distingué. La bouche est tendre et les tanins sont fins et délicats. Pas de rudesse ni d'assèchement en milieu de bouche. C'est un vin avenant et souple à la fois. Il se déguste très bien en ce moment, et le millésime n'est pas aussi faible que l'on croit. Les arômes de bouche sont sur la cerise eau de vie, le sous-bois et la note épicée. Ce vin est prêt et étonne, car la dégustation à table est parfaite, il s'accorde avec une cote de veau rôtie, un onglet de boeuf au poivre, des cailles farcies au raisin, et des fromages à base de lait de vache surtout. 

Fermer
Retour

Mot de passe oublié

Votre demande a été envoyée
Identifiants incorrects
Connexion